Lova Moor J'm'en balance

Vous l'aurez peut-être déjà remarqué, en terme de carnages musicaux, je me défend. Et forcément, avec Lova Moor, nous allons voguer vers des rivages inconnus, des plaisirs inouis, des bonheurs coupables mais incroyablement délectables.
A la baguette, Jean-Pierre lang, le parolier de Pierre Bachelet,  et Jacques Morali, l'un des créateurs des Village People. Avec ça et le fait que le disque soit produit par... Toutoune productions, on ne peut qu'attendre Lova "Rénovations du sol au plafond" Moor en glapissant.

La pochette donne un avant-goût du désastre. Nous y appercevons notre égérie du Crazy Horse dans une pause tout à fait ridicule et habillée avec goût. C'est vrai que le combiné mini-short / top en plastique et la veste à frange jaune (?) avec les épaulettes pour jouer au football américain ont été à la mode mais j'étais franchement trop petit pour me rappeler si mettre tout ensemble se faisait. Quoiqu'il arrive ce n'était pas une bonne idée. Déjà que son sourire niais ne fait rien pour remonter le niveau mais là, Mlle "Tout en cuisses" n'en sort pas grandie.

Saviez-vous que Lova Moor est née Marie-Claude Jourdain et qu'elle a aujourd'hui 65 ans? Cela veut dire qu'elle avait dépassé la quarantaine à l'époque de ce 45 tours. La chirurgie esthétique a ça de pratique que, même quand c'est raté, on ne peut pas vous donner un âge: lèvres en bouées de rafting, pommettes rebondies et coupe de cheveux à la Stone, Lova Moor ne nous épargne rien.

Dans le texte non plus, Lova ne nous épargne rien. Elle se la joue femme liberée, pas bégueule (on le savait déjà) et esclave de la musique. La musique est à mi-chemin entre la musique d'un film de boules et un plagiat de "Et je danse", le premier succès... euh tube... euh titre... oui, titre de Lova Moor.
Le clip est un poème de kitcherie: Lova s'esbaudit dans une salle de musculation, tripote des body-builders comme une possédée, se pavane dans un hamac et semble improviser une chorégraphie devant une tonnelle de jardin avec deux danseurs hilares. Mais la meilleure scène reste quand Lova "Je suis un maîtresse-femme" Moor se la joue Aldo Maccione (c'est vous dire la référence) et balance les sus-nommés musclors dans une piscine les uns après les autres.

"J'm'en balance, de c'que les gens pensent, de c'que les gens disent, de c'qu'ils imaginent", regardez le clip, c'est évident.

 

Fiche technique:

Lova Moor

J'm'en balance / Instrumental

Trema

1989

Paroles et musique
J. Morali / J.P. Lang

 

Et la chanson (Et quelle chanson !):