Rémy Tarrier

La chanson française regorge de disques bizarres et bien perchés. Celui de Rémy Tarrier est pas mal dans son genre. Il serait facile de dire que le disque est indescriptible mais ça voudrait dire que, par définition, je ne pourrais pas faire de chronique dessus et, sincèrement, ce serait vraiment dommage.Quand une chanson a pour thématique une histoire d'amour qui finit ma et qu'elle se base entièrement sur le champ lexical du... football, on en reste baba. Combien de chansons ont pu être sauvées grâce au concours d'un champ lexical efficace. Au texte, on retrouve l'interprète et un certain Claude Prechac qui, outre cette oeuvre a écrit une chanson pour un 45 tours de... Robert Moulon. Oui, je sais, ça vous excite, hein?
Pour en revenir au texte brut, le gars compare son histoire d'amour au football, ce qui nous permet des phrases tordues et impressionnantes de goujaterie. Les deux phrases qui m'ont laissé le plus perplexe sont les suivantes:

- "Depuis un bon moment, je touchai plus un ballon." Alors ça, c'est au début de l'histoire, quand il n'a pas encore rencontré la fille en question. Le ballon est certainement une métaphore qui désigne une partie rebondie de l'anatomie féminine, ce qui nous fait donc grimper d'un échelon sur l'échelle de l'élégance.

- "Pour réchauffer mes mains, j'les mettai dans mon short." Et un échelon supplémentaire avec cette référence à peine voilée à l'onanisme.

Le refrain laisse pantois également. Des références à Platini, à Pelé, à Rocheteau émaillent la partie stratégique de la chanson. Quand le sexe devient un match de foot, ça devient surréaliste, incroyable, effrayant. Mais attendez, vous n'avez encore rien vu. S'il vous fallait encore une preuve que ce garçon était d'une élégance folle, penchons-nous alors sur la deuxième partie du deuxième couplet.
Je cite l'auteur: "Mais je reste vigilant, toujours à la limite de la correction, jusqu'à cette putain de 89ème minute." Oui, car là, ça dérape sérieusement. Et là, ça me pose problème. On peut comprendre que c'est un one-shot car madame n'est pas contente, mais pourquoi? Plusieurs hypothèses s'avancent à moi:

1. Panne sexuelle: Monsieur n'aurait pas levé les couleurs, n'aurait pas assuré pendant l'hymne national?
2. Comme l'auteur dit qu'elle a sorti son carton rouge, je me demandai si là aussi, il n'y avait pas une métaphore qui... non, abandonnons cette idée, c'est crade.
3. L'auteur dit aussi "Tu t'es laissée tombée toute seule." Et là, c'est peut-être carrément dans l'autre sens qu'il faut appréhender les choses, si je puis dire. Monsieur était peut-être en train de s'activer quand subitement, madame s'est endormi tant c'était prenant.

Le texte est abscons, aride et pourtant parfaitement idiot. La face B est moins impressionnante pourtant. Amour fainéant se fait sur un air de musette où l'auteur, cette fois-ci seul aux commandes, narre l'histoire d'une fille peu reluisante. Le style ressemble musicalement à des chansons de Pierre Perret, de Pierre Vassiliu ou à du mauvais Hervé Cristiani. C'est légèrement gouailleur, un peu bandit mais c'est pas très bandant, assurément.

 

Fiche technique:

Rémy Tarrier

Il n'y aura pas de match retour / Amour fainéant

Vogue

1982

Paroles et musique:
Face A: R. Tarrier - C. Prechac - R. Tarrier
Face B: R. Tarrier

 

Et la chanson: Et juste la chanson, pas de prestations télé. Ca nous permet surtout de voir le verso de cette pochette où l'on peut voir l'interprète flamboyant de cette chanson.