Marie Laforêt

Dernière chronique avant quelques jours de vacances bien méritées. Cela vous permettra, je l'espère, de redécouvrir mes vinyls. Dans tous les cas, je vous retrouve le mercredi 7 août pour de nouveaux 45 tours.

Les années 80 furent une sorte de parcours du combattant pour Marie Laforêt, concernant la chanson. Au cinéma, c'était plus sympatique. Son profil élégant est apparu sur nos écrans à nos yeux ébahis plus d'une fois. Le disque était moins palpitant, c'est indéniable. Après une reprise ignoble et country du classique Parlez-moi d'amour au début de la décennie, elle fut absente de nos platines. En 1988, elle revient avec une très belle chanson écrite par elle-même et Jean-Marie Léau, connu pour avoir travaillé avec Georges Moustaki et Henri Dès mais surtout connu pour une trajectoire très différente puisqu'il produit Faites entrer l'accusé et Le magazine de la santé.
Proto-Richard Toll, pour ceux qui connaissent bien la carrière de l'interpète, L'Aviva est un titre marquant: couplet lent, cassure dans la voix pour annoncer un refrain plus rythmé, paroles pas super claires mais qu'on prend plaisir à chanter même si on y comprend rien. Le refrain semble d'ailleurs être ce qui pourrait sauver la chanson du point de vue des producteurs car il est répété à foison... Comme Richard Toll d'ailleurs.
Ce titre est en totale opposition avec la Marie Laforêt des années 60 et 70 dont le côté sans-frontières nous avait quelque peu échappé. Même la pochette du disque où la chanteuse devient cubiste crée une césure franche avec les pochettes gros plan d'une Marie Laforêt naturellement belle dont les yeux hallucinants étaient mis en valeur.

La face B comporte un drôle de titre. La chanson s'intitule Mamie a cent ans et les paroles ne sont pas beaucoup plus claires que sur la face A. Le refrain ressemble bizarrement au "Pleure pas / pleure pas / pleure pas du Marre de cette nana-là chantée par Bruel quelques années auparavant, le même Bruel fut d'ailleurs le partenaire de Marie Laforêt dans Les diplômés du dernier rang. Côté musique, c'est le croisement de Gotan project et de Richard Gotainer. Pire, c'est même un assemblage des deux: Gotainer sur le refrain et Gotan project ailleurs. Ca a quelque chose d'effrayant.

Il faut bien le dire, malgré la voix magnifique de Marie Laforêt et la musique très sympa proposée sur la première face, le fait que les paroles soient souvent insensées a certainement contribué à cet échec. Ce joli retour n'a donc malheureusement pas été couronné de succès. Il faudra attendre cinq ans et une compilation très médiatisée pour qu'elle revienne.

 

Fiche technique:

Marie Laforêt

L'Aviva / Mamie a cent ans

Disc Air

1988

Paroles et musique:
J.M. Léau / M. Laforêt

 

Et la chanson: Sur le plateau de Nulle part ailleurs, Marie Laforêt en playback certes, mais avec une excuse. C'est dur de chanter correctement quand on se bouge de cette manière.