Herbert Léonard

 

C'est le Herbert de Noël peut-être, mais c'st surtout le Herbert sixties. Mieux que ça ! C'est le Herbert 69... 1969, bien sûr ! Qu'allez-vous donc imaginer? A bien y regarder, c'est surtout le Herbert Rock'n Roll sur lequel nous allons nous pencher. Alors, oui, forcément, nos reflexes nous entraînent à imaginer de nouveaux délices lubriques en compagnie de notre alsacien préféré mais non, la Corinne de la pochette n'a rien à voir avec celle de Pierre Perret qui souhaitait pour son enterrement un cercueil avec des noeuds partout, le répertoire du futur empereur de la perversion chantée était à l'époque bien plus sage... Quoique !

Il ne paie pas de mine notre Herbert, déguisé en M. Spock sur la pochette mais avouons qu'il déménage sa race sur ces deux chansons. C'est un Herbert psychédélique qui s'exprime sur ces sillons sexys et saillants (il fait chaud, non?). Il nous explique qu'il a un chien qui chante et qui danse, mais il ne danse plus comme avant parce que Corinne (prononcez "Corinnaaah") n'est plus là. Dans un premier temps, on s'excuserait presque d'avoir surpris le chantre de l'éducation sexuelle en musique en pleine utilisation de psychotropes. Seulement, il y a d'autres couplets plus éclairants.
Dans le deuxième couplet, basé sur une construction équivalente,il nous parle d'un serpent qui chante et qui rampe, puis d'un oiseau qui chante et qui grimpe... Mes bons vieux réflexes léonardiens reviennent: ne doit-on pas y voir une métaphore sexuelle?
Au delà de ça, le titre déménage véritablement, Herbert a décidément la voix pour soutenir un tel morceau et, malgré des paroles un peu faciles signées entre autres par Long Chris, c'est vraiment agréable. Il finit par avoir du soleil dans les yeux et par abandonner l'imagerie animalière, il se déchaîne en tant qu'interprète et là, c'est très bon.

La face B est du même tonneau. Oui dans ma vie est une histoire d'amour binaire et rythmée où la voix d'Herbert Léonard est là aussi en accord avec cette adaptation d'une chanson de Steevie Wonder. Il revient sur tous les sentiments qu'il a pu éprouver dans sa vie et pose un regard distancié sur les petites choses qui jalonnent l'existence. Le changement de registre et l'installation dans le créneau "chanson érotico-romantique" avec option sécrétions en tous genres se fera dans les années 80 avec sa collaboration Lepersienne.

 

Fiche technique :

Herbert Léonard

Corinne / Oui dans ma vie

Mercury

1969

Paroles et musique:
Face A: M. Jones / T. Brown / Long Chris
Face B: R. Miller / O. Murden / Long Chris

 

Et la chanson: Pas de face A mais on trouve Oui dans ma vie avec pour une fois un montage sympa, constitué de volutes psychédéliques et de photos de Herbert qui nous prouvent qu'il faisait déjà très bien la moue.