L'esprit de Noël

 

C'est l'heure de vous souhaiter un joyeux Noël grâce à ce 45 tours tout à fait dans le ton, dont la pochette a été réalisée en pâte à sel ou en pâte à modeler, je ne sais. Toutefois, cette crèche façon Wallace et Gromit rappelle les Noëls d'antan. Tout y est, la simplicité de l'illustration, la marque du disque (Comme je l'avais dit dans une autre chronique, Vogue a disparu au début des années 90) et le titre. En effet, on parle ici d'esprit de Noël, référence peut-être à des Noëls joyeux et débarassés de toute velléité commerciale; référence certainement à la dimension religieuse dans laquelle se trouve cet ensemble de chansons.

La première des quatre pose d'ailleurs question. Douce nuit devient ici Voici Noël, o douce nuit sur l'air de l'oeuvre originale. Les paroles ont été totalement modifiées. La raison est peut-être religieuse: la chorale semble être de confession protestante puisque nous sommes en Suisse (Corsier-sur-Vevey, où a été réalisé l'enregistrement, se situe dans le canton de Vaud), dans un Temple, comme il est indiqué au verso de la pochette et que, du coup, les références aux Saints et à la Vierge Marie apparaissant dans cette chanson devaient être effacées.
Il est difficile de savoir exactement de quoi il est question dans cette chanson puisqu'on ne comprend pas tout ce qui se dit. Non pas que l'orgue soit trop fort mais les gamins ne sont pas tout à fait synchro ce qui, ajouté à la réverbération du lieu sacré, n'arrange pas vraiment nos affaires.

Il est né le divin enfant m'a rappelé soudainement mes années chorale lorque j'étais au collège. On y retrouve, tout comme dans Mon beau sapin qui ouvre la face B, des variations derrière les sollistes. Là aussi, on ne comprend pas tout. La pratique a capella de la chanson et le fait qu'on connaisse déjà bien les paroles permet d'apprécier tout de même ce très joli ensemble, aux arrangements harmonieux.

Minuit chrétien (nommé quelquefois Minuit, chrétiens !, ce qui change fondamentalement le sens du titre) est bien différent des trois autres titres. Le titre débute sur un joli concert de cloches puis c'est Charles Jauquier, ténor, qui poursuit à la place des enfants. C'est vraiment beau, mélancolique, surtout lorsque le solliste attaque la partie où il parle de délivrance, c'est absolument magnifique. C'est toujours plaisant de retrouver ce genre de chansons, sans fioritures ni effets de voix.

 

Fiche technique:

Collectif

Voici Noël, o douce nuit ! / Il est né le divin enfant / Mon beau sapin / Minuit chrétien

Vogue

1959

Paroles et musique:
A1: Gruber
A2: folklore
B1: folklore
B2: Adam / Cappeau