George Michael

Une pochette sensuelle désignant certainement une partie voilée d'un corps - masculin ou féminin, on ne sait. La soie du vêtement forme une sorte de brouillard. Dessus, l'éditer a sobrement écrit le titre de la chanson et le nom du chanteur. Et puis, on met le disque sur la platine et le son rejoint l'image.

Jusque dans la musique, ce titre est coquin: démarrage crescendo, rythme bancal, bizarre, décomplexé. La suite se met en branle, si je puis dire, et c'est tout à fait géniale, ça transpire la sensualité. Les paroles sont pleines de promesses, notre chanteur grec préféré après Demis Roussos y explique quelques scènes préléminaires, une certaine perte de contrôle et sa vision tout à fait ludique du sexe. Pour lui, le sexe est aturel, cool, amusant, ça se fait à deux, à trois, en équipe... Enfin, que des choses dont on est tous intimement persuadés.
Dans la dernière partie, avec des choeurs masculins très graves, George Michael appelle au sexe avec lui et joue les oracles d'histoire de fesses lattrino-judiciaires dont il sera la victime une dizaine d'années plus tard, ce qui donnera d'ailleurs le génial Fastlove.

En face B, on trouve une version apparemment jazzy du tube de notre héllène péroxydé qui fait quelques vocalises au début. Et puis, subitement, la chanson se transforme en un truc encore plus cool avec de nouvelles paroles, encore plus chaudes. Je n'ai pas cherché mais je pense avoir déjà entendu une version d'I want your sex regroupant les deux faces. Cette version Brass in love est aussi sympa que la version la plus connue.

Fiche technique:

George Michael

I want your sex / Brass in love

Epic

1987

Paroles et musique:
G. Michael

Et la chanson: Le clip ressemble à un film érotique soft. Tout ceci reste tout de même très bien fichu.