Alain_THIERRY_-_Le_Paradis_des_Artistes

Oh la la, c'est affreux, c'et ignoble, il n'y a pas de mots. Dans ce « paradis des artistes », un imitateur nommé Alain Thierry met en scène De Funès, Gabin et Bourvil au paradis, comme son nom l'indique. Nous sommes en présence d'évocations plus que d'imitations, et encore je reste poli. C'est un peu Mon bistrot préféré de Renaud sans la finesse, sans l'humour et sans l'émotion. Louis De Funès, ou ce qu'il en reste, meurt et arrive au paradis. Il m'a fallu 20 bonnes secondes pour le reconnaître catégoriquement. Là, on est dans l'outrance, c'est de Funès comme l'imite celui qui ne sait pas imiter, comme ceux qui disent « Crac, crac, crotte de caniche » pour faire Chirac... C'est effrayant, mais avançons...

Arrive ensuite Jean Gabin dans une imitation un peu plus réussie. Il joue l'hôte des lieux évoque Cloclo, Joe Dassin et Mike Brant... Et d'entendre Gabin jouer Saint-Pierre et évoquer Mike Brant, ça fout le vertige en fait. Vient ensuite le pire de tout, Bourvil... Le système d'imitation par évocation prend tout son sens ici. C'est comme sur la pochette, un béret et des grimaces outrancières, et hop, c'est Bourvil.

Si on ajoute un texte assez pauvre et une conclusion gabinesque totalement tartignolle et plombante, on obtient un très mauvais morceau.

En face B, « Eddy Nostalgie » évoque Eddy Mitchell qu'on ne reconnaît quasiment pas, itou pour Serge Gainsbourg. On y retrouve aussi pèle-mêle Coluche, Henri Salvador et Fernandel et Denise Fabre. La plupart du temps, ils sont reconnaissables car le texte donne des indices : des double-sens salaces pour Gainsbourg, les jumelles pour Denise Fabre (et puis des Denises célèbre, il n'y en a pas des tonnes...) ou l'eau férugineuse pour un Bourvil tout aussi mal imité que sur la face A. Quant à Salvador et Fernandel, c'est pur hasard si j'ai su remettre un nom dessus.

C'est ni fait, ni à faire ; pas bien brillant et vaut certainement pour un public pas bien regardant sur la qualité. Si vous le voyez au détour d'une brocante, ne l'achetez pas, vous serez déçu.

Fiche technique:

Alain Thierry

Les paradis des artistes / Eddy Nostalgie

Disques Etoile

198?

Paroles et musique:
A. Darmor - A. Thierry / Postiaux

Et la chanson: Impossible à trouver. Je reste sur le pont mais je nourris peu d'espoirs sur l'apparition de ce titre très confidentiel.

Merci à Nicolas pour la capture de la pochette.