Alain Chamfort

Sur proposition de ma copine Hélène, je vais me permettre d'être un peu perso sur cette chronique... en tout cas sur la face B.
Ce 45 tours d'Alain Chamfort s'inscrit juste après une période définie de manière hardie par un biographe distingué de Claude François, je ne sais plus lequel, qui expliquait que notre Alain aurait pu être condamné rapidement à sauter des Clodettes dans les coulisses s'il n'avait pas décidé de prendre son envol, tout seul, comme un grand.
Il le fera à partir de 1976 avec 
Mariage à l'essai, premier album sorti après sa collaboration avec les disques Flèche. Le chanteur romantique a gardé sa tignasse longue et noire - même forme que Cloclo mais d'une couleur tout à fait opposée - son air lointain, comme le montre la pochette, mais quitte le joug du Cloclo despotique. Les deux chansons extraites de ce 45 tours font parti de cet album mais sortent en 1977.

 

Sur une sorte de tango un peu étrange, Alain Chamfort parle à un hypothétique fils et raconte sa rencontre avec la mère de celui-ci, sur fond de seconde guerre mondiale. Une sorte de How I met your mother nostalgique et historique. Ce sont les débuts d'une romance qui dure qui sont évoqués, à grands coups de référence à la libération et au baby boom.
Une petite musique vieillotte qui n'aurait pas déplu à Pascal Sevran, une diction qui utilise volontiers un parlé dynamique, peu en phase avec ce rôle de père un peu vieillot que Chamfort veut jouer, donnent un titre absolument oubliable mais tout à fait charmant.

La face B commence par une orchestration assez connotée années 70. Alain Chamfort livre un texte bien écrit, plutôt lyrique, pas complètement clair pour tout dire. On peut lui prêter sur une phantasmagorie floue qui ne permet pas de fixer un thème bien précis sur cette chanson. Le titre de la chanson qui me plaît véritablement ne se rattache pas vraiment à l'histoire et on peut imaginer que ma bonne ville a été choisie pour la rime.
"C'est dur de croire que je suis ici, A quelques heures de Nancy", c'est un peu ce que je me suis dit pendant longtemps... et si je chronique aujourd'hui ce titre, c'est qu'après huit ans d'attente, je vais retrouver ma jolie ville, ma place Stanislas, mon quartier de la fac de lettres et ma Pépinière; j'y retourne pour y habiter dès cet été... Alors oui, les titres de ce 45 tours ne sont peut-être pas particulièrement inspirants et réussis mais sincèrement, ce n'était pas le plus important pour une fois.

Fiche technique:

Alain Chamfort

Comme si c'était hier / A quelques heures de Nancy

CBS

1977

Paroles et musique:
J.M. Rivat - M. Pelay - A. Chamfort

Et la chanson: