Jimmy Somerville

 

Ne voulant pas être trop répétitif, je vous ferai grâce du paragraphe vous expliquant que les reprises sont souvent, au mieux, moyennement excitantes, au pire, tout à fait catastrophiques. Ne voulant pas alourdir le propos, je vous laisserai regarder par vous-même sur le blog bon nombre d'articles dénonçant ce genre de pratiques pour des raisons bassement commerciales ou pour le remplissage pur et simple. Ici, point de mavaises reprises pour une fois, cette reprise des Bee Gees est une totale réussite. Jimmy Somerville reprend avec beaucoup de classe ce To love somebody qui date de la fin des années 60. Mais attention, dans une jolie version reggae s'il vous plaît. Tout y est, les choeurs féminins qui collent parfaitement à la joie voix haut-perchée de Jimmy, une orchestration élégante et discrète et quelques vocalises de bon aloi qui ne gâchent en rien le morceau.

Nous sommes ici au début des années 90 et Jimmy Somerville ne le sait pas encore mais il est sur une pente quelque peu déclinante concernant les succès. Pourtant, on ne peut pas dire qu'il ait démérité. Son répertoire est parsemé de très bons titres rythmés et réussis et c'est l'un des rares artiste que je connaisse capable de faire des reprises à chaque fois réussie. Il suffit d'écouter sa version de Comment te dire adieu ou le survitaminé You make me feel pour s'en persuader.
Jimmy est sur la pochette comme sur le disque, sobre. Sur filtre bleu, on aperçoit son petit minois d'écossais. Non, il n'est pas vraiment beau notre Jimmy mais on a envie de le caliner et de le rassurer. Et puis, on l'aime bien, il nous aura fait danser à cheval sur les années 80 et 90, et ce n'est pas négligeable tout de même.

Si le titre de la face est un bonus track du best of de 1990, la face B, Rain, apparaît sur l'album Read my lips, sorti l'année précédente.
Titre lounge, parfait pour une fin de soirée au calme, entre amis, Rain a la qualité d'être une longue chanson (6'35'') et le désavantage d'être peut-être un peu trop transparent pour qu'on puisse lui donner toute l'attention qu'elle mérite. Les paroles de la chanson se limitent à un gimmick de Jimmy Somerville et à cette musique qui nous rappelle que le chanteur s'est dirigé tout naturellement dans les années 90 et 2000 vers la dance. Pour un chanteur dont le public fut essentiellement celui des discothèque, ce n'est pas vraiment surprenant.

 

Fiche technique:

Jimmy Somerville

To love somebody / Rain

London

1990

Paroles et musique:
Jimmy Somerville

Et la chanson: Jimmy Somerville en mode "Hélène et les garçons" mais avec un garage plus grand et des musiciens qui savent jouer. Jimmy en fait des tonnes avec son petit Marcel, l'imagerie homosexuelle est très présente, ce qui donne une ambiance très cool qui ne s'est pas véritablement démodée.