Michel Sardou

Et il se défend d'être un chanteur engagé ! Depuis de longues années, Michel Sardou ne veut pas qu'on lui colle cette étiquette plutôt flatteuse, peut-être parce que ses convictions n'ont pas toujours été bien comprises. Le grand écart facial peut gêner : à 25 ans d'écart, on retrouve une chanson plutôt homophobe au premier degré (Le rire du sergent) et un titre d'une sensibilité réconfortant, même si elle n'est pas très claire (Le privilège). Catalogué à droite (Le temps des colonies, un bijou de second degré), Sardou ne VEUT PAS qu'on le classe. Avec ce 45 tours, on peut enfin qualifier Sardou de chanteur militant sans étiquette politique... et ce, par l'éclairage de l'actualité.

En 1980, sort l'un des rares albums où aucune chanson n'est vraiment passé à la postérité. Appelé tour à tour Michel Sardou, La génération loving you et Victoria, cet album de 1980 correspond à un creux dans la carrière du bougon. Pourtant, et sans rentrer dans les détails, l'album est vraiment réussi. Le titre La génération loving you est un plaidoyer à une génération. On y trouve un état d'esprit que j'aime beaucoup et qui se base sur l'attachement à la culture populaire (« On a découvert l'existence / A travers la musique et la danse.) Même si le message est un peu trop délayé dans de bon vieux clichetons, surtout durant le refrain, on ne peut s'empêcher de penser à notre Génération Bataclan actuelle, comme Libération a titré joliment la semaine dernière.

« Les héros de l'image et du son » esquisse les fondations de la pop-culture. Alors oui, c'est un peu timide – et justifie certainement pour Sardou son absence d'engagement – mais cela prouve que la chanson est impérissable, revient an fonction de l'actualité.

La face B présente Victoria. Chronique de l'Histoire à travers la vie d'une dame qui a vécu deux guerres, Mai 68 et le disco, ce titre est réussi mais n'a pas eu bizarrement les honneurs d'une face A. Lorgnant sur le Rockcollection de Laurent Voulzy, le titre raconte une vie en insérant des (faux) extraits de discours du Général et de chansons des Beatles. La voix de Sardou est plus enveloppante, moins vindicative que sur la face A et le texte est bien écrit, sans surlignage mais fort synthétique. La fin de chanson follement Nouvelle-Orléans réussit définitivement ce titre. Surprenant de ne pas avoir vu ce disque devenir un succès.

 

Fiche technique:

Michel Sardou

La génération Loving you / Victoria

Trema

1981

Paroles et musique:
J. Revaux / P. Billon / P. Delanoë / M. Sardou

 

Et la chanson: Sur bande-orchestre et chez Michel Drucker, Sardou option talonnettes nous montre une grande puissance vocale, malgré un problème technique au début de la prestation. Le symbole à mon avis pas calculé de la petite fille blonde est très émouvant... J'aurai aimé être cette petite fille à ce moment-là pour que MichMich me crie dessus.