Ritchie Family

 

 

Lorsqu'un groupe de disco composé de trois jolies filles rencontre Jean Yanne, c'est premièrement très bizarre et deuxièmement, totalement génial. Si vous ajoutez en sus que la chanson est un classique des comptines enfantines, vous obtenez un bijou de second degré extrait du film Je te tiens, tu me tiens par la barbichette. Le long-métrage sort en 1979 et se montre particulièrement avant-gardiste puisqu'il dénonce - selon les notices que l'on trouve couramment sur Internet -les dérives de la télévision. Il me faut être honnête ici, je n'ai jamais vu le film et je le regrette d'ailleurs mais la dernière scène est visible sur Internet (elle est d'ailleurs juste en dessous). On y retrouve MON Jacques François (oui, c'est le mien, cet acteur est divin) sur le plateau d'un show de variétés type sacrée soirée a priori (Jean Yanne a donc inventé Sacrée soirée?) où tout semble partir en vrille. Après une scène pas très claire (mais bon, il faudrait avoir vu ce qui se passait avant) entrent en scène les Ritchie Family, trio connu à l'époque pour quelques tubes disco périssables. Elles se déhanchent sur cette reprise de la barbichette en compagnie de... Carlos, Mort Shuman, Daniel Prévost, Georges Beller, l'indien des Village People mais aussi un Jean-Pierre Cassel complètement déchaîné.

C'est donc un bijou de second degré qui se présente à nos oreilles alléchées. La ritournelle est coupée par un couplet unique, qui me semble original et qui surtout reste en tête, et c'est normal puisqu'il est réussi. La production Belolo / Morali est très visible puisque les arrangements sont presque les mêmes que certains titres des Village People. C'est dansant et particulièrement agréable, même si c'est une boucle tout à fait assumée; ce générique de fin s'élève au rang de chef d'oeuvre, au même titre que la reprise de Johnny Johnny par Jacqueline Maillan dans La vie dissolue de Gérard Floque: du second degré, du surréalisme, de la classe aussi. A noter, pour être tout à fait complet, que la pochette est une photo tirée du film.

La face B est tout aussi intéressante puisqu'elle est une reprise également allumée du Te Deum de Marc-Antoine Charpentier; vous savez, l'hymne européen qui retentit tous les ans au moment de l'Eurovision? Une génialissime version disco donc, qui utilise la même recette que la face A: une boucle visible mais ingénieuse, un rythme disco et un air qui reste en tête. La chanson apparaîtrait également dans le film mais elle est, pour ce qui nous concerne, surtout sur ce très bon 45 tours, miraculeusement retrouvé alors qu'il est difficile à dénicher. Malheureusement, pour les fans, il n'existe pas en téléchargement mp3 et c'est fort dommage de ne pas l'avoir réédité.

 

Fiche technique:

The Ritchie Family

La barbichette / Forever Dancing

Barclay

1979

Paroles et musique:
J. Morali / H. Belolo / J. Yanne / B. Whitehead

 

Et la chanson: Générique de fin de ce fameux film dans un bordel ambiant tout à fait réjouissant et des plans de coupe se concentrant sur des symboles, comment dire, suggestifs. Les gros plans sur certaines têtes connues lorsque les filles crient "La tapette !" est tout à fait délectable.