05 décembre 2011

Art Mengo - Les parfums de sa vie

Sublime chanson qui démarre par un fredonnement puis un soupir de satisfaction de l'interprète. Art Mengo a démarré sa carrière au Top 50 à bloc. Il atteindra d'ailleurs la 9ème place en novembre 1988 ce qui, pour un premier succès, est pas mal du tout. Il ne fera jamais mieux plus tard, même avec Parler d''amour en duo avec Ute Lamper.Malgré une face B peu intéressante qui se contente d'une version instrumentale, le disque vaut le détour: voix langoureuse, musique lounge et paroles d'un érotisme exacerbé. Le texte est... [Lire la suite]
Posté par toutrondtoutrond à 00:08 - Commentaires [1] - Permalien [#]

04 décembre 2011

Glenn Medeiros - Nothing's gonna change my love for you

Il est évident qu'avec une pochette pareille, je ne peux pas faire autrement: Je DOIS commencer par ça. Ce figuré me plonge dans un abime de perplexité. Mais que prenaient donc les créatifs de l'époque pour concevoir de telles pochettes? Glenn Medeiros y apparaît hilare (on le comprend) avec sa chemise en skaï et son brushing gonflant, adopté depuis par les Jonas brothers.Derrière lui, ce n'est pas un coucher de soleil, c'est un incendie, une alerte nucléaire, une image digne d'une fin du monde.D'ailleurs, si on est logique, où se... [Lire la suite]
Posté par toutrondtoutrond à 10:18 - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 décembre 2011

Stephan Eicher - Hemmige

S'il est un touche-à-tout dans la chanson européenne, c'est Stephan Eicher. Tout comme le génial Nilda Fernandez, il chante dans plusieurs langues et ne se limite pas à la pop. Ce troisième extrait de l'album Engelberg en est la preuve. Après Déjeuner en paix et Pas d'ami, ce titre à l'avantage de changer. Une sorte de petite comptine en patois allemanique dont le bridge est réjouissant, c'est comme ça que je pourrais résumer ce titre qui s'est payé le luxe de  grimper jusqu'à la 27ème place du top 50 et de rester deux mois et... [Lire la suite]
Posté par toutrondtoutrond à 09:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 décembre 2011

Sacha Distel - Le père de Sylvia

On connait de lui Scandale dans la famille, L'incendie à Rio ou à la rigueur, si vous êtes Distelophile, Le bateau Blanc, mais on ne connait pas forcément ce titre téléphonique de ce grand guitariste, car Distel était un virtuose de la gratte, catégorie jazz. Les grandes années de succès sont quelque peu lointaine au milieu des années 70, seules ses participations aux shows de Maritie et Gilbert Carpentier lui permettent une survie médiatique. Quelques reprises et titres oubliés ont néanmoins été injustement boudées comme ce Père... [Lire la suite]
Posté par toutrondtoutrond à 17:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 novembre 2011

Benny B - Dis-moi bébé

Benny B est au rap ce que la bande à Basile est à la chanson à textes, ce qu'Herbert Léonard est à la chasteté ou ce que Secret Story est à la pensée philosophique: une opposition totale. Benny B est un trio de belges qui rappent sauvagement, mais pas comme I am ou NTM, plutôt comme les Musclés. Après Mais vous êtes fous et Qu'est ce qu'on fait maintenant, les castors juniors du flow commettent un nouvel opus, et là, surprise, on y retrouve quelques qualités. Depuis quelques temps, le rythme et le sampler à tout crin étaient... [Lire la suite]
Posté par toutrondtoutrond à 20:44 - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 novembre 2011

Baccara - Yes sir I can boogie

Commençons, pour une fois et pour se débarasser, par la face B. Cara mia, c'est sympa, ça rappelle ABBA, c'est rythmé, c'est mignon, on oublie la mélodie aussitôt après l'avoir entendue et c'est un peu fadasse, il ne faut pas se mentir. C'est évident, la face A mythique est bien supérieure à cette terne face B. Mayte et Maria, les filles du duo, ont un accent anglais à couper au couteau mais que c'est chouette, ce Yes sir I can boogie. Bien sûr, on pourra y trouver un cousinage très poussé avec Love to love you baby de Donna Summer... [Lire la suite]
Posté par toutrondtoutrond à 00:02 - Commentaires [4] - Permalien [#]

28 novembre 2011

Renaud - Laisse béton

Il ne faut pas croire que Renaud a démarré comme ca, tout naturellement, avec cet énorme tube. Ca fait 10 ans que le jeune Séchan apparait par période dans le paysage musical français. Tout d'abord avec Crève salope, juste après mai 1968, puis avec des chansons très connotées loubards et extrême-gauche comme Hexagone, dans la première partie des années 70. Arrivé en pleine période disco, Renaud devient progressivement grand public avec ce tube rigolo qu'est Laisse béton. L'histoire d'un pauvre gars qui se fait détrousser son... [Lire la suite]
Posté par toutrondtoutrond à 00:02 - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 novembre 2011

Niagara - Quand la ville dort

C'est le disque du changement, de la mue, de la maturité, comme on dit chez les critiques musicaux sans imagination. C'est en tout cas le 45 tours qui opère un virage rock chez Niagara. Avant qu'arrivent J'ai vu, Assez et le merveilleux Pendant que les champs brûlent, le duo nous propose un clin d'oeil au film de John Huston. Et dès le début, on est dedans, les néons s'allument dans les premières secondes, comme une centrale électrique qui se met en branle. C'est typiquement la chanson qu'on a envie d'entendre (et de chanter) en... [Lire la suite]
Posté par toutrondtoutrond à 11:08 - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 novembre 2011

Ringo - Comme hier

J'avais 8 ans, 9 ans tout au plus et j'ai découvert ce grand brun qui, il faut bien le dire, ressemble à mon père. Papa? Euh non, Ringo. Le casse-croûte à Sheila, le gondolier à Venise, le latino burné au regard un peu vide dont la maison de disques s'appelait Formule 1, c'est vous dire le taux de testoterone, a interpreté un nombre impressionnant de titres pas passés à la postérité. C'est dingue de voir comme les chanteurs que l'on a chéri quelques années auparavant sont aujourd'hui rejetés en bloc, injustement. Comme hier donc,... [Lire la suite]
Posté par toutrondtoutrond à 00:01 - Commentaires [3] - Permalien [#]
25 novembre 2011

Michel Sardou - Les lacs du Connemara

Michel Sardou nous en a fait des tubes... Des brouettes même. Celui-là doit faire parti du top 3 de ceux que tout le monde connaît, avec La maladie d'amour et Etre une femme. Peut-être est-ce grâce à l'instrumental lancinant et crescendo qui a même été remixé il y a quelques années pour les discothèques, peut-être aussi parce qu'on a tous essayé de suivre le rythme et les paroles, avec ou sans le texte sous les yeux, et qu'on s'est misérablement planté au moment où Mary plonge nue dans un lac... Toujours est-il qu'on l'aime cette... [Lire la suite]
Posté par toutrondtoutrond à 14:18 - Commentaires [1] - Permalien [#]