Desireless

Ouuuuuuuuh, elle fait peur Desireless ! On a l'impression qu'elle va nous attraper et frotter ses cheveux en forme de balai-brosse sur le visage ! Quoiqu'on en dise et malgré toutes les moqueries entendues à son sujet (voir ici par exemple), on peut dire qu'elle s'habillait formidablement bien. Elle a pas la classe sur cette pochette, Claudie (c'est son prénom à l'état civil) ?

Débarassons-nous de la face B tout de suite. Elle se nomme « John (Tempo 120) » est fonctionne de la même manière qu'une version de « Capitaine abandonné » du groupe Gold, trouvable couramment sur certaines compilations. Je vous en explique le fonctionnement : Vous prenez le titre que tout le monde connaît et vous le restructurez. Vous ne commencez pas par les paroles que vous connaissez, disons par le deuxième couplet ; vous laissez des trous dans le refrain et vous changez vaguement quelques babioles dans l'instru. Ca vous donne une version un peu bizarre mais très proche de la version originale. Ou comment remplir une face B facilement, sans trop se fatiguer.

« John » fut le tube bis de Desireless, juste avant de retomber dans un anonymat qu'elle ne méritait pas, surtout que son troisième single « Qui sommes-nous » était juste merveilleux. Tout comme Gold que j'évoquai ci-dessus, la chanteuse aux cheveux verticaux abordait des sujets sérieux dans ses chansons. Ici, elle nous fait un package de thèmes sérieux avec un certain John qui donne sa vie en dépit des religions. On comprend a priori que nous avons affaire à un être universel. Que ce soit une nation, une langue ou une religion. John, en tout cas, est une victime de ce monde violent et sanguinaire.

Le succès fut moindre qu'avec Voyage voyage, dont la popularité s'est étendu à l'époque des USA à la Russie soviétique. Si on raccroche ça à John, le symbole est particulièrement joli.

 

Fiche technique:

Desireless

John / John (Tempo 120)

CBS

1988

Paroles et musique:
J.M. Rivat

 

Et la chanson: Vous prenez la même ambiance bizarre de Voyage Voyage, sauf que Desireless est toute seule. Vous transposez tout ceci dans le chateau qui sert de décor au merveilleux Total eclipse of the heart de Bonnie Tyler. Vous obtenez alors un clip tout à fait agréable.