Richard Cocciante 1

Nous sommes en 1961. Le support 45 tours fonctionne magnifiquement bien et cette bonne santé insolente va permettre aux différents éditeurs, très nombreux à cette période, de produire à peu près tout et n'importe quoi sur ce support, tels des mercenaires sans foi ni loi.
On y grave de la musique évidemment: du classique à la variété en passant par le musette, tout y passe. On peut également entendre des personnes qui parlent pour raconter des histoires (Gérard Philippe par exemple, mais aussi tous les livres-disques de chez Disney qui commencent à prendre un bel essor), qui argumentent pour vendre des produits avec des disques souples souvent distribués dans des magazines ou dans les boîtes aux lettres. Et puis, il y a ce segment fort particulier qu'est le disque d'humour. Lui-même se découpe en deux sections très distinctes: le disque de sketches et le disque de blagues. C'est ce dernier genre qui va nous intéresser.

Jean Rigaux (1909 - 1991) est l'un des pilliers du théâtre des deux ânes et a fait l'essentiel de sa carrière comme chansonnier. Est-ce le temps qui passe ainsi que le fait qu'aujourd'hui plus rien ne choque vraiment? Toujours est-il que ce disque composé d'histoires "salaces" n'est pas aussi salace que prévu.
Il est incroyable de voir apparaître la mention "Interdit aux moins de 18 ans" sur la pochette tant le contenu n'est que peu subversif... mais autres temps, autres moeurs. Jugez vous-même. La face A présente tout d'abord une histoire marseillaise à base de satyres invertis qui touchent des culs (masculins forcément, suivez un peu s'il vous plaît...) dans une pissotière. Cette histoire qui aurait pu être en odorama ne vaut la mention sus-nommée  que par ses quelques mots pas très corrects et par une chute vulgaire mais pas drôle.

On retrouve le même vocabulaire fleuri dans la deuxième blague introduisant un classique où un pétomane réactif aux oeufs accuse le chien de la maîtresse de maison. Il faut croire qu'au début des années 60, parler de pets est autrement plus déplacé que d'évoquer une sodomie dans les chiottes à la turque puisque Rigaux passe tout le temps du début de la blague à s'excuser platement d'en parler.

Sur la face B, un maigrelet veut faire du catch. Jean Rigaux fait plein de bruitages rigolos et la chute est marrante. Le niveau remonte mais, à la dernière histoire "drôle", bien plus corsée que les trois autres, avec l'histoire de cet américain jeune marié et de sa vilaine épouse, je n'ai pas ri.
Il faut dire qu'aujourd'hui, on entend les mêmes aux grosses têtes... Et même bien pire quelquefois. Il ne faut pas d'ailleurs prétendre faire de l'humour pour faire dans le vulgaire, il suffit de regarder une bonne partie de la grille de NRJ12 pour s'en rendre compte.
La société a fait son chemin et les oreilles chastes s'indignent de choses autrement plus violentes.

 

Fiche technique:

Jean Rigaux

Strip tease... à mots découverts n°5

Decca

1961

Paroles et musique:
aucun crédit

Et les blagues: Rien du côté des sites de partages de vidéo. Je reste sur le pont.