Yves Simon 

 

Dans le cadre du Livre sur la place à Nancy vendredi dernier, une bonne partie des émissions de France Inter étaient en direct ou enregistrées dans - aucune objectivité ici - la plus belle ville du monde. Aussi, je me précipitai enfin sur mon phantasme radiophonique avec gourmandise. Enfin, je pourrai voir en vrai un enregistrement du masque et la plume. Que dis-je? Deux. Pour les non-initiés, cette émission est l'une des plus anciennes de la radio, peut-être même la plus ancienne mais c'est aussi une tribune de critiques littéraire, dramatique et cinématographique. Nous prîmes place dans l'Opéra de Nancy - que je voyai pour la première fois. Jérôme Garcin et les critiques littéraires firent leur entrée. J'étais ému. romances sans paroles de Mendelssohn résonna, Garcin prononça "Le masque... et la pluuume" et j'étais bien.

Seulement, à côté de moi, une jeune fille d'origine néerlandaise ou d'Europe du Nord passa son temps à consulter son portable et ça me gêna considérablement. Je cherchai à faire abstraction de son dédain pour l'ébullition culturelle qui avait lieu devant elle, rien n'y faisait, ça me gâchait un peu le plaisir. Je ne pus m'empêcher de regarder ce qu'elle pouvait bien faire sur son maudit portable. Pêle-mèle, elle vérifia ses comptes, compulsa des commentaires sur Facebook, chercha une recette en grec (!), s'intéressa à la cuisine bio mais rechigna à plonger la tête la première dans les débats pourtant passionnants de la tribune. Heureusement, elle quitta l'Opéra entre les deux émissions, comme on jète un kleenex usagé, et me laissa tranquille pour l'enregistrement consacré au cinéma.

Je voudrais te dire à toi la jeune fille qui a dû inscrire comme statut sur ton réseau social fantôme "Je suis allée à l'enregistrement du masque et la plume" qu'il ne suffit pas d'être présente à un endroit pour savourer le moment. Il faut aussi le vivre. C'est comme tout, pour dire ce qu'on en pense, il faut l'avoir ressenti.
Par exemple, Yves Simon est un auteur que j'ai lu une fois. Le livre s'appelait Jours ordinaires. C'est difficile et un peu trop complexe quelquefois, inégal même. Cependant, j'ai cherché à aller plus loin pour peut-être aimer, et j'ai aimé ces croquis abstraits d'une réalité qui dépassait certainement l'auteur. Ses chansons sont du même tonneau. Sur ce 45 tours, on trouve une face B particulièrement connue et une face A tout à fait oubliée.

J'ai rêvé New-York tourne encore en radio. Sur le simple, on entend les bruits de la rue dans un premier temps puis une guitare dynamique avant que l'intru, les choeurs et la voix du chanteur ne résonne. Le rythme n'est pas sans rappeler New-York USA de Serge Gainsbourg mais le postulat est bien plus intéressant. Yves Simon s'improvise intervieweur et croise des personnages emblématiques qui lui répondent par des aphorismes. C'est facile, peut-être, mais c'est efficace. Il suffit de s'y arrêter, de lâcher son portable, de prendre le temps. Le travail de répartition dans les voix est lui aussi intéressant. Comme dans un opéra (d'ailleurs...), Yves Simon parle aux choeurs, offre un chant d'amour à cette ville monstrueuse en chantant sans jamais chanter, en déclarant sa flamme sans jamais l'avouer, en s'échauffer tout en restant calme.

L'infortunée face A est l'exact contraire de sa face B. Sur une balade folk, Yves Simon fait le portrait de Clo qui vendait des bagues dans le métro. Un béguin de jeune adulte qui emmène l'interprète en Irlande et à l'Alcazar. Toujours discret, il décrit amoureusement ce personnage et son évolution. C'est tendre et émouvant à la fois, tout en retenue et bien plus profond qu'il n'y paraît. Pas sûr que toi, jeune fille branchée qui vient faire chier les vrais amateurs, tu puisses y comprendre grand chose malheureusement.

 

Fiche technique:

Yves Simon

Clo Story / J'ai rêvé New-York

RCA

1974

Paroles et musique:
Y. Simon

Et la chanson: Ne nous laissons pour une fois pas influencer par la vidéo et laissons juste la pochette du disque - Yves Simon pose avec un mignon minou - nous entraîner dans cette jolie aventure avec Clo, étant donné que la face B est déjà très connue.