Jacky

Une chanson de crise de 1987... Cela prouve aux plus jeunes que le problème existait déjà il y a plus de 25 ans. Bon, d'accord, ce n'est pas vraiment de la chanson engagée, c'est Porry et Salesses qui s'y collent et, malgré toutes les qualités de Jacky, on ne peut pas dire que ce soit un chanteur à voix mais passons... La chanson est plutôt sympathique malgré le formatage AB que nous allons disséquer ici.

Au début, Jacky parle à un public synthétique qui fait "ouaiiiiiiiiiiiiiiiis"; le rythme de la chanson rappelle tout de suite quelque chose mais quoi... Nous y viendrons. La chanson raconte que la vie était déjà dure à l'époque, que les prix, les taxes étaient en augmentation constante mais les paroles contiennent un humour fin et distingué comme les auteurs d'AB productions savent si bien le faire. On peut alors remarquer des jeux de mots particulièrement fins: de Walt Disney qui augmente et devient Walt Onzeney à "Jeux de nains, jeux de vilains", les calembours stupides se bousculent dans ce titre qui, résolument me rappelle quelque chose...
J'ai trouvé ! Bien sûr ! Comme pour beaucoup de productions d'AB, de Hélène à Dorothée, les chansons sont souvent des plagiats plus ou moins discrets de morceaux de toutes périodes, avec une prédilection pour le rock'n roll des années 50 et 60. Ici, c'est le tube d'Antoine, Les élucubrations, qui sert de squelette à la chanson, autant dans la musique que dans la structure du texte.
Au delà de la petite arnaque, la chanson passe bien, est très sympa mais doublement daté; par son modèle mais aussi par le gimmick peut-être un peu oublié du Jacky show: "Ca vous a plu? Ouaiiiiiiiiiiiiiis. Alors on continue !"

Moi aussi, je continue.

La face B se nomme C'est fou c'que j't'aime beaucoup. Au delà de la syntaxe aléatoire, on remarque d'entrée de jeu que le refrain ressemble beaucoup à la face A, ce qui constitue donc un auto-plagiat, vous conviendrez forcément que ça fout le tournis. Le petit thème musical qui revient à plusieurs reprises dans ce titre bref a été réinvesti dans Premiers baisers. En effet,  à chaque fois que Justine et ses copains faisait une "surprise party", on entendait ce morceau follement années 60, à une époque où le rap et la dance faisaent fureur...
Cette chanson construite en allitérations et en parallélismes est tout à fait oubliable. Je n'irai pas jusque là pour la face A, dont le côté caricatural est bien sympathique.

 

Fiche technique:

Jacky

Tout augmente sauf l'amour / C'est fou ce que j't'aime beaucoup

AB

1987

Paroles et musique:
J.F. Porry / G. Salesses

 

Et la chanson: Clip diffusé ici dans le cadre du cultissime Pas de pitié pour les croissants. Jacky en chef d'entreprise oblige six vieux acteurs qui pointent certainement à l'ANPE spectacles à jouer des scènes humiliantes. C'est tout de même émouvant de regarder ça et de sentir comme si on avait 6 ans. A noter tout à la fin, après la virgule où l'on voit Dorothée, le début d'un sketch où Patrick Simpson-Jones chevauche Corbier...